logo UTBM Université de Technologie Belfort-Montbéliard

Le Maître aux Normes

Métronome mécanique

Origine des métronomes

Le premier métronome mécanique gradué, proche d'un pendule simple, fut inventé en 1696, par E. Loulié, afin d'indiquer un tempo à l'aide d'un balancier. Ce premier exemplaire, silencieux et imposant (plus de 2 mètres) présentait quelques inconvéniants : le tempo est marqué lorsque le fil est vertical et il perd rapidement en précision du fait des frottements de l'air. Pour y remédier, l'horloger Dietrich Nikolaus Winkel ajouta un balancier et un ressort (à la manière d'un mécanisme d'horloge) pour compenser la perte d'energie, Perfectionné et breveté en 1816 par Johann Nepomuk Mälzel, c'est sous cette forme que l'on trouve encore aujourd'hui.


Les différents composants du métronome mécanique

Le métronome à balancier est constitué :

Le rôle du ressort

Un battant simple permettrait au montage d'effectuer un nombre de mouvement trop faible pour être interressant. Les frottements de l'air sont trop importants et la durée des périodes de battements diminuerait au cours du temps. Un ressort spiral, fixé dans l'axe de la rotation, faisant office de force de rappel ne serait pas non plus suffisant. Il permettrait un nombre plus important de périodes, mais celles-ci seraient également atténuées par les frottements et le balancier s'arretterait au bout d'une durée trop courte pour jouer une partition en entier. Un ressort spirale couplé à une roue dentée permet de séquencer le travail du ressort et donc de fournir une impulsion à chaque oscillation du battant. Ainsi le balancier conserve un mouvement périodique régulier et ne s'arrete qu'une fois le ressort totalement désamorcé, c'est à dire quand le ressort à transmis toute son énergie.