Choix du style: Dark | Light |
UTBM

L'imagerie stéréoscopique, ou la 3D au cinéma

Comment les nouvelles techniques stéréoscopiques permettent-elles de limiter la fatigue visuelle?

Le commencement des différentes techniques

Comme évoqué précédemment, les premiers essais de vision stéréoscopique date de 1838 quand Charles Wheatstone invente son premier stéréoscope. Cet appareil permet de visionner une image fixe en relief, et il est présenté après quelques améliorations par Louis Jules Duboscq à la grande exposition universelle de 1851. C'est sur ce principe que se basent de nombreux jouets sous forme de sortes de jumelles dans lesquelles chaque œil voit une image rétroéclairée stockée dans un disque de diapositives.

En 1915 naissent les anaglyphes, technique encore très connue, qui utilise des lunettes bicolores, qui furent utilisé énormément sur toute sorte de supports, puisqu'on les trouve aussi bien sur les boîtes de céréales, que dans certains jeux vidéo tel Minecraft ou Trackmania.

Depuis, de nouvelles techniques ont encore vu le jour. C'est le cas par exemple de la projection en lumière polarisée qui s'est vue employée dès les années 50, ou bien de la technique de l'occultation alternée, qui sont actuellement les deux techniques utilisées au cinéma comme à la télévision car ce sont celles qui répondent le mieux à notre problème: celui de la fatigue visuelle.